Un produit plus intelligent, c’est un produit qui se distingue nettement sur le marché.

Il génère de la valeur pour l’entreprise qui les conçoit et les implante, et ils en créent une bien plus grande valeur pour les consommateurs qui savent les utiliser.

Après la tendance à la banalisation du matériel, on assiste à l’augmentation, grâce aux logiciels, de l’intelligence du pouvoir de différenciation des produits.

Les produits deviennent de plus en plus intelligents. Prenez l’exemple du cellulaire, deviennent téléphone intelligent.
Il ne s’agit pas seulement de produire des objets intelligents, le véritable défi, c’est quand le client s’en empare et les intègre à son environnement. La gestion prend alors le pas.

L’idée était de coupler les possibilités de conception de produits intelligents qui permettent de gérer n’importe quel type de dispositif It, pour converger vers la possibilité d’avoir une vue d’ensemble de tout ce qu’il faut pour gérer le service par le biais des produits intelligents sur lequel repose l’entreprise.

Evidemment, quand on dit produits intelligents, on pense à des appareils comme les cellulaires, mais nous parlons aussi des systèmes qui permettent de gérer l’entreprise, les données médicales ou encore la circulation et qui utilisent justement ces appareils intelligents.

Ce qui est intéressant avec un « système de systèmes », c’est que personne ne possède toute la valeur ajoutée à lui seul.

tech 1 tech2

Ça implique de multiples secteurs d’activités, protagonistes ou composants qui évoluent à leur propre rythme.

L’objectif aujourd’hui consiste à répondre à tous les besoins :

•    Assembler des produits,
•    Aider les clients dans l’intégration et l’utilisation,
•    La gestion en tant qu’actifs au sein d’un environnement opérationnel.

L’analyse des données, un impératif pour une planète plus intelligente

Si nous considérons toutes les données accumulées qui existaient en 2003, nous en générons autant en 2 jours aujourd’hui.

tech3

Mais en grande partie, ce sont des données disséminées dans le web, sans structure, sous des formes variées.

La capacité de comprendre ces données et d’en tirer une information utile est disponible aujourd’hui, or, cela aurai été très difficile il y a cinq ans.

Le plus important dans cette démarche est de traiter l’information disponible pour permettre de tirer le plein potentiel.

Ces enjeux prennent des formes qui sont propres à chaque industrie.

Par exemple, dans les télécoms, le défi est de gérer le roulement des abonnés, de les comprendre pour trouver de nouveaux moyens de les intéresser et de les fidéliser.

Dans le secteur du détail, tout se joue autour du produit, depuis sa conception, jusqu’à sa mise en marché et même son marchandisage.

Dans le secteur public, l’analytique est utilisée dans la gestion de la circulation pour prévoir où des bouchons vont se produire et utiliser ces connaissances pour prévenir la formation des bouchons.

Les organisations qui ont intégré l’analytique à leur fonctionnement, ont vu leur revenu augmenter du tiers et ont amélioré leurs performances par un facteur de 12.

Dans 15 ans, on parlera plus d’analytique, ce sera devenu tellement intégré, tellement courant qu’on n’aura plus besoins d’en discuter.